COVID-19 et RSE : la crise sanitaire aura-t-elle fait gagner de l’intérêt pour un modèle plus éco-socio responsable des entreprises ?

 

Après l’adoption de loi PACTE en mai 2019 et la création de la qualité juridique de société à mission ainsi que la possibilité des entreprises de se doter d’une raison d’être, la RSE semble être au centre des nouveaux objectifs des entreprises. Pendant la crise engendrée par la COVID-19, ces dernières ont d’ailleurs eu à cœur de le montrer, en aidant la société civile face à cette urgence sanitaire. Cependant, d’autres se concentrent seulement sur leurs objectifs économiques et mettent de côté les enjeux climatiques et sociaux d’aujourd’hui. Mais cette stratégie ne paraît pas être la meilleure sur le long terme…

La crise engendrée par la COVID-19 a mis en lumière la résilience des entreprises qui sont déjà investies dans des problématique ESG (environnement, social et gouvernance). Celles-ci se sont montrées plus préparées et plus à même de se confronter à un changement radical comme celui-ci. En particulier, les salariés de ces entreprises sont mieux protégés et ont donc pu faire face au confinement et l’arrêt de nombreuses activités économiques. La valeur a aussi mieux été répartie, certains patrons ont décidé de baisser leurs salaires, comme chez Sodexo où les dirigeants ont créé un fond d’aide de 30 millions d’euros pour les employés ayant perdu leur emploi, financé en partie avec la part de revenus à laquelle ils ont renoncé, ou bien de baisser les dividendes versés aux actionnaires au lieu de baisser celui des salariés pour surmonter la crise. Airbus s’est engagé à ne pas verser de dividendes en 2020, ce qui représente 1,4 milliard d’euros. « Nous sécurisons (…) nos activités afin de préserver l’avenir d’Airbus et de reprendre efficacement nos opérations après la crise », justifie Guillaume Faury, président exécutif d’Airbus.

D’autres ont reversé leurs profits liés au COVID à leurs clients, c’est le cas de la MAIF qui a reversé les gains de ses primes automobiles ou encore de la marque C’est qui le patron ? qui a créé un fond de solidarité au profit des indépendants et des petits commerçants en difficulté.
Certaines ont su maintenir de bonnes relations avec leurs fournisseurs et prestataires et les aider comme ce fut le cas de Samsung qui leur a créé un fond d’aide, contrairement à d’autres entreprises qui ont tout simplement annulé leurs commandes provoquant des crises sociales notamment en Asie dans le secteur du textile dénoncées par Human Rights Watch.

Investir dans la coopération entre acteurs ou encore le changement des chaînes de sous-traitance est important pour s’adapter aux demandes de la société actuelle, pour survivre aux crises mais aussi pour gagner en compétitivité. Francesco Bellino, directeur associé en charge de la Sustainability au Boston Consulting Group affirme même : « au niveau opérationnel, force est de constater que les entreprises qui portaient une forte attention au social, notamment avec un solide dialogue avec les parties prenantes, ont pu agir plus rapidement, et de façon coordonnée avec leurs collaborateurs ». En effet, le 25 mars dernier, une analyse de Bank of America Merrill Lynch montrait que les sociétés plus investies dans la RSE surperformaient de 5 à 10 points en Bourse par rapport aux indices de référence. L’investissement dans un modèle RSE pourrait assurer une plus grande stabilité financière sur le long terme. « Donner la priorité à la nature » permettrait d’ailleurs, selon un rapport du Forum économique mondial, de saisir des opportunités de l’ordre de 10 000 milliards de dollars par an et de créer près de 395 millions d’emplois dans le monde d’ici 2030.

Cependant, la situation à laquelle font face les entreprises (baisse du chiffre d’affaire, incertitudes, …) ne laisse pas penser que leur principal objectif est de se tourner vers un modèle plus responsable. En effet, selon une étude de l’Entreprise pour l’environnement (Epe) et du Boston Consulting Group (BCG), 40% des entreprises pensent à retarder voire à réduire leurs investissements, y compris ceux liés à l’environnement. Pour certains patrons, il faut d’abord sauver les entreprises et remonter leurs chiffres d’affaire avant de se préoccuper des problématiques ESG. Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, a demandé « un moratoire sur la préparation de nouvelles dispositions énergétiques et environnementales, notamment celles élaborées en application de la loi du 10 février dernier relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire ». Certains lobbys font même pression sur le gouvernement pour obtenir des laissez-passer face aux réglementations environnementales. Le député Matthieu Orphelin a d’ailleurs communiqué en avril sur le fait que le Medef et l’Adef avaient organisé des « actions coordonnées » auprès du gouvernement pour qu’il annule des normes environnementales.

Néanmoins, d’autres entreprises voient dans cette crise sanitaire un moyen de renouveler leur modèle pour être plus humain et plus sensible aux questions environnementales.

La période du confinement a créé un mouvement de solidarité où elles ont fait des dons, fabriqué des masques ou des gels hydroalcooliques pour faire face à l’urgence sanitaire. Parmi eux, on trouve Décathlon qui a fourni des équipements pour aider les malades à respirer. Tant de bonnes actions qui laissent à penser que celles-ci ont changé leurs objectifs en mettant l’impact social en priorité. Certains parlent de « covidwashing » pour évoquer ces différentes actions. Mais les faits sont indéniables, les entreprises ont voulu créer un monde plus durable et plus social durant cette période difficile et certaines ont continué à aspirer à un monde meilleur n’en témoigne d’ailleurs la tribune des 93 grands patrons français proposant un plan de relance verte. On trouve parmi eux des patrons d’entreprises appartenant au CAC40. Un rapport de Capitalcom, qui suit chaque année les Assemblées générales de nombreuses entreprises, affirme aussi que depuis la crise de la COVID-19, la RSE a représenté 15% du temps des Assemblées générales contre 10% habituellement. Chez BNP Paribas par exemple, la présentation sur la transition énergétique a duré presque le même temps que celle sur le bilan financier. Cet intérêt pour la RSE s’est aussi dévoilé sur les marchés financiers où les fonds durables ont mieux résisté à la crise. Selon Morningstar, 62 % des fonds ESG ont enregistré de meilleures performances que l’indice boursier MSCI world, réunissant les plus grandes sociétés mondiales, au mois de mars.

Le gouvernement prend le même chemin que ces entreprises puisqu’il a consacré 30% de son plan de relance pour répondre à la crise dans la transition écologique, soit 30 milliards d’euros. Trois secteurs seront principalement concernés, les transports, l’énergie ainsi que la rénovation énergétique.

 

Claudia Calimouttou – Marques

Sources :
https://www.economie.gouv.fr/loi-pacte-croissance-transformation-entreprises
https://www.novethic.fr/actualite/gouvernance-dentreprise/gouvernance/isr-rse/coronavirus-ces-grands-dirigeants-qui-reduisent-leur-salaire-par-solidarite-avec-leurs-salaries-148412.html
https://www.novethic.fr/actualite/finance-durable/isr-rse/crise-du-coronavirus-vers-un-confinement-des-dividendes-verses-aux-actionnaires-148383.html
https://www.novethic.fr/actualite/entreprise-responsable/isr-rse/la-crise-du-covid-19-stress-test-grandeur-nature-de-la-rse-148441.html
https://www.novethic.fr/actualite/entreprise-responsable/isr-rse/face-a-la-crise-du-covid-19-les-strategies-durables-des-entreprises-sont-payantes-148420.html
https://www.novethic.fr/actualite/entreprise-responsable/isr-rse/la-rse-facteur-de-resilience-et-de-competitivite-des-entreprises-face-a-la-crise-148814.html
https://www.challenges.fr/entreprise/environnement/coronavirus-le-medef-veut-un-moratoire-sur-des-lois-environnementales_706888
https://www.liberation.fr/france/2020/04/20/le-lobbying-du-monde-d-avant-se-porte-bien-au-temps-du-covid-19_1785763
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/coronavirus-decathlon-reserve-ses-masques-de-plongee-au-personnel-soignant-7800337373
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/03/mettons-l-environnement-au-c-ur-de-la-reprise-economique_6038523_3232.html
https://www.novethic.fr/actualite/entreprise-responsable/isr-rse/en-pleine-pandemie-les-assemblees-generales-2020-ont-consacre-la-place-strategique-de-la-rse-pour-les-entreprises-cotees-148728.html
https://www.novethic.fr/actualite/finance-durable/isr-rse/effet-secondaire-du-covid-19-l-investissement-durable-est-reste-immunise-au-confinement-148747.html
https://www.novethic.fr/actualite/politique/isr-rse/reindustrialisation-et-de-la-transition-economique-les-deux-piliers-du-plan-de-relance-du-gouvernement-148910.html
https://www.franceculture.fr/societe/covid-19-un-test-pour-la-responsabilite-sociale-des-entreprises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.