Après le greenwashing, voici le greatwashing

La Santé et Qualité de Vie au travail fait partie des sujets à la mode et hélas certains dirigeants d’entreprise ou leur Chief Happiness Officers ont tendance à décréter le bien être voir même le bonheur au travail au nom de leurs salariés suite à l’installation d’un baby-foot ou à la réfection d’une salle de pause. La SQVT ne se résume pas à cela, ni à la corbeille de fruits installée tous les lundis matin. Et cette pratique porte désormais un nom, le Greatwashing.

Babyfoot en entreprise – Shutterstock

Certes ces pratiques sont louables et contribuent à un environnement de travail agréable mais cela ne serait résumer ce qu’est la Santé et Qualité de Vie au travail qui intègre l’engagement de la Direction comme pierre angulaire du dispositif.

La loi oblige les employeurs à préserver la santé mentale et physique de ses salariés dans son article L4121 du Code du Travail. Les employeurs ont tendance à intégrer les dispositions de la loi sous l’angle de la prévention des risques psycho-sociaux (RPS). Néanmoins, la santé et qualité de vie au travail ne peut se résumer à cela non plus.

Pour mener une vraie politique de SQVT, la santé doit être intégrée dans la stratégie globale de l’organisation. La direction générale de l’organisation sera engagée dans la démarche pour décliner une organisation du travail harmonieuse, en lien avec  une bonne gouvernance de l’organisation et les ressources humaines.  

 

Pour en savoir plus et retrouver l’intégralité de l’article :

https://theconversation.com/qualite-de-vie-au-travail-bienvenue-dans-lere-du-greatwashing-115241

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.